Un arrêt récent apporte des précisions importantes s’agissant de FACEBOOK et valide le licenciement pour faute grave d’une salariée qui a tenu des propos dénigrants et insultants envers son employeur

-

C’est une affaire peu commune que la Cour d’appel de Toulouse a jugée le 2 février dernier.

La salariée d’une boutique ouvre sa session FACEBOOK sur son lieu de travail et la laisse volontairement en accès libre… sa motivation ?

Il était important, selon elle, que sa responsable hiérarchique sache ce qu’elle pensait d’elle et de ses collègues de travail.

A ses yeux, ses collègues de travail sont des « grosses merdes » et des « brêles », sa responsable étant, quant à elle, qualifiée une « grosse conne stupide ».

Son licenciement pour faute grave est à juste titre retenu : en agissant de la sorte et en rendant accessible ses conversations FACEBOOK, celles-ci devenaient visibles et publiques… leur caractère insultant et grossier ne faisant aucun doute pour les magistrats.

La solution aurait été similaire si la salariée avait oublié de fermer sa page FACEBOOK…. Mur ouvert, accessible et diffusé = mur sanctionné !

Partager cet article sur

Commentaires

Rédigez votre commentaire :

<% errorMessage %>
<% commentsCtrl.successMessage %>
<% commentsCtrl.errorMessage %>

Les réactions des internautes

<% comment.display_name %> a réagit le <% comment.full_date %>

  • <% subcomment.display_name %> a répondu le <% subcomment.full_date %>

Répondre à ce fil de discussion
<% errorMessage %>
Aucun commentaire n'a été déposé, soyez le premier à commenter !